Wednesday, March 02, 2005

"tenir le haut du pavé", attention où vous marchez!


et encore, vous n'avez pas l'odeur! Posted by Hello

L’expression « tenir le haut du pavé », désignant une situation socialement supérieure, est, une fois encore, une bien belle illustration des liens étroits qui unissent l’histoire (la petite ou la grande) et l’évolution du langage.
Vous n’êtes certainement pas sans savoir que les rues des cités d’autrefois étaient structurées de façon beaucoup plus simples et archaïques que de nos jours. Pas de piste cyclable ni de couloir d’autobus, les artères ne comprenaient à l’origine qu’une seule voie constituée de pavés. Les mœurs d’alors en faisaient en outre un véritable lieu de vie plus qu’un axe de déplacement. Les principes de l’assainissement étaient eux aussi des plus rudimentaires, ils consistaient à construire ces rues avec une forte pente des côtés vers le milieu afin de récupérer les eaux usées (et, à l'époque, ils savaient bien les "usées" jusqu'au bout ) et de les faire s’écouler. Pour éviter de patauger dans le « bouillon de culture » ainsi obtenu et pour se tenir le plus éloigner possible des odeurs nauséabondes qui devaient s’en dégager, la meilleure tactique était donc de longer les façades sur la partie la plus haute de la route.
Jusque là, tout semble simple ; mais la situation pouvait se compliquer lorsque deux individus se croisaient sur un même côté. Il fallait bien, sauf collision inévitable, qu’un des deux se décide à modifier sa position pour redescendre et se rapprocher du fossé boueux. Entraient alors en compte tout un arsenal de règles de bienséances, de privilèges et de codes qui conduisaient celui qui avait le rang le plus élevé à rester sur la partie haute des pavés.
L’histoire ne s’arrête pourtant pas là car lorsque les trottoirs furent aménagés, la raison en était essentiellement pour réserver la partie centrale de la chaussée aux véhicules roulants. Les « petites gens » se virent donc refouler sur les côtés et, depuis, les trottoirs traînent une mauvaise réputation (ne serait ce que l’expression « faire le trottoir ») alors qu’ils correspondent à ce qu’utilisait notre élite sociale d’autrefois.
d'où la théorie de la relativité par rapport aux temps ... historiques

4 Comments:

Blogger Tagmata said...

On peut aussi remarquer que cette hiérarchie se retrouve encore de nos jours. En effet, les jeunes hommes bien élevés laissent le haut du trottoir aux dames. Cela afin que celles-ci ne soient pas incommodées par les projections des véhicules.

10:18 AM  
Blogger NdF said...

Laurent mon bon. Est ce que tu as vu que tu es paru dans un blog par jour ?
Un blog par jour ???

Ouah !

3:30 AM  
Blogger laurentdebx said...

@Nico : oui j'ai vu et c'est super car cela amène beaucoup de traffic et beaucoup de nouveaux lecteurs.

3:55 AM  
Blogger coyote des neiges said...

Pour ceux qui ne sont pas visuels, j'ai trouvé une superbe photo illustrant la construction particulière de la rue sur

http://www.flickr.com/photos/joyoflife/8062092/in/set-199834

Merci à Julie70 (http://julie70.blogspot.com/) qui a pris la photo!

3:24 AM  

Post a Comment

<< Home