Monday, March 07, 2005

"avoir un coup de pompe", rien que le titre me fatigue


Ne pas déranger, sportif au repos! Posted by Hello

Les lecteurs assidus de ces lieux le savent déjà, les autres le découvriront rapidement, les expressions sont parfois trompeuses et leur origine peut parfois être à contre sens ou à contre pied de ce qu’elles paraissent. Parmi celles-ci, « avoir un coup de pompe » semble bien un de ces exemples les plus remarquables.
Effectivement, à première vue, les mots de cette expression évoque vraisemblablement le milieu sportif et, plus précisément, la bicyclette. C’est d’ailleurs, il faut bien l’avouer, dans ce monde de la chambre à air qu’elle a pris toute son envergure pour être transmise par la suite à notre langage courant. Cela dit, force est de constater qu’il y a là un illogisme flagrant puisque un « coup de pompe » évoque un état de fatigue avancé alors que la pompe, accessoire indispensable de l’utilisateur de la petite reine, permet au contraire de regonfler les pneus et de repartir ainsi avec plus d’ardeur sur les pentes du mont Ventoux. Pourtant, il s’agit bien des coureurs du Tour de France, qui, dans la première moitié de ce siècle utilisaient le plus souvent cette expression.
A qui l’avaient ils empruntés ? Tout simplement aux premiers aviateurs qui, reconnaissons le, étant donné les moyens de l’époque, pourraient être eux aussi qualifiés de sportifs inconscients. Lorsque les premiers de ces fous commencèrent à traverser les mers et les océans, ils furent confrontés aux éléments et découvrirent de nouvelles sensations. Une d’entres elles, que la plupart d’entres vous connaissent et qui a dû à vous aussi vous procurer quelques frissons, est le phénomène des trous d’air. Lorsque leurs aéroplanes, faits de bois et de tissus, rencontraient ces mini dépressions, ils perdaient, comme nos avions modernes pourtant plus solides, soudainement de l’altitude, pour remonter par la suite, jusqu’au prochain trou d’air. Cette succession de haut et surtout de bas, qui devaient faire penser aux pilotes que leur dernière heure était arrivée, évoquaient pour eux un élément de transmission du moteur de la machine volante. Cette perte d’altitude fût donc appelée un « coup de pompe » et elle dû plaire par la suite aux cyclistes qui la reprirent à leur compte.
Quand à moi, tout ce sport, de bon matin, m’a épuisé, j’ai un petit coup de barre et je vais me reposer.

3 Comments:

Blogger julie70 said...

Coment réussi-tu à faire ces magnifiques photos pour accompagner tes récits intéressants voir... drôles ?

2:38 AM  
Blogger laurentdebx said...

voilà une des sites que j'utilise
sinon, ce sont des recherches sur google
http://www.tropfun.com/photo-mot.php?mot=10

2:51 AM  
Blogger e-diote said...

Peut-on envisager de lancer le "coup de mandrin", ou le "coup d'arbre à came", à destination des publics masculins tentés par la mécanique ?

Ou le "coup de sang" (qui existe déjà) plus à destination des médecins ?

Ou encore le "coup de grisou" pour les mineurs,

Ou le "coup de foudre" pour les grands et les petits ?

Oserais-je aller jusqu'au "coup de bite", à destination des femmes (normalement)...

Ben oui, j'ose. Normal, j'ose tout.

11:18 PM  

Post a Comment

<< Home