Saturday, February 05, 2005

"Faire un bide", ça ne m'ai jamais arrivé, promis!


C'est pas un bide total, y en a au moins un qui rigole Posted by Hello

L'origine de l'expression "faire un bide" n'est pas en soi supra extraordinaire mais elle invoque une contradiction que je trouve personnellement intéressante.
Situons tout d'abord le contexte : imaginez le théatre d'antan (car c'est naturellement de cet art dont l'expression est tirée), celui où les comédiens vivaient une véritable aventure, parcourant villes et villages dans des roulottes brinquebalantes, pour jouer sur des places de marchés et ainsi apporter divertissement et culture (les deux ne sont pas incompatibles) à un public aussi populaire et prompt à la rigolade qu'exigeant sur la qualité comique de la pièce et des acteurs.
Le style théatrale de l'époque, adapté aux conditions techniques existantes, était coloré d'une finesse que seuls peuvent lui envier aujourd'hui certains animateurs de radio FM ou de télévision (voire les deux). Pour être plus précis, l'ingénieur du son n'ayant pas encore fait son apparition, les effets comiques étaient souvent accompagnés de mimiques aussi burlesques que grotesques, les tirades étaient plus criées que déclamées et supportées mal de contenir plus d'une phrase.
Je vous donne un exemple pour que tous les amoureux de théatre se rendent bien comptent du chemin parcouru depuis :
La femme : "CIEL! MON MARI!"
Le mari : "GARCE! JE TE TUERAI!
L'amant : "NON,PITIE! JE PARS!
Pour bien comprendre la mise en scène, il faut, pour finir, que vous imaginiez, le mari qui rentre en trombe, défonçant la porte, rouge de colère avec un fusil à la main et un amant qui se faufile entre la femme et le mari, tel une anguille et qui se précipite vers la porte, l'ouvre et pars en courant. Dans les standards de l'époque, vous avez ici tous les ingrédients pour faire se tordre de rire toute l'assemblée : une histoire simple, une entrée en scène fracassante et une sortie tout aussi remarquable. Pour les spectateurs du dernier rang, ce début et cette conclusion lui permettent de suivre toute l'intensité dramatique malgré des dialogues certainement inaudibles de leurs fauteuils. Par contre, si par malheur le mari venait à trébucher en entrant dans la chambre de sa femme adultère ou si l'amant s'accrochait les pieds dans les draps en tentant de s'échapper, l'un ou l'autre tombait et finissait sur le ventre ; le code théatral étant rompu, la situation devenait alors incompréhensible pour les spectateurs et l'effet comique prévu tombait à plat. Le ventre étant traduit en argot comme un bidon, on disait de l'acteur maladroit qu'il avait fait un bidon, qui s'est transformé plus tard en faire un bide.
Je vous ai parlé au tout début de contradiction. Il me semble effectivement qu'une telle scène aurait bien du mal à faire naître aujourd'hui, ne serait-ce qu'un début de sourire chez la plupart de nos contemporains (sauf bien sûr les animateurs cités plus haut). Par contre, je pense que beaucoup trouveraient désopilant un mari ou un amant qui s'écroulent, le premier tuant sa femme dans sa chute, par un coup de fusil malencontreux, le deuxième s'éclatant le crâne contre la tête de lit.
Comme quoi, tout est relatif!
(Je sais, c'est une conclusion complètement nulle mais c'était justement pour finir ma démonstration sur l'art et la manière de faire un bide!)

4 Comments:

Blogger coyote des neiges said...

Ah, cette expression ne vient pas de «bidet»???

6:03 PM  
Blogger Yo said...

Je sais pas mais pour tuer sa femme à coup de fusil tout en faisant accuser son amant qui ne peut plus se défendre puisqu'il s'est vautré sur le coin du lit et s'est ouvert le crâne je vous le rappelle, moi je dis qu'il faut vraiment en être une raclure, de bidet. Etre animateur de télé ou radio n'excuse pas tout.
(où l'on démontre qu'un bide peut être contagieux)

1:11 AM  
Blogger laurentdebx said...

@coyote : moi aussi je pensais au départ avoir à faire à une expression du dessous de la ceinture! Et puis finalement c'est encore plus bas puisque c'est à ras du sol!
@yo : Pas mal l'idée de scénario, y a plus qu'à trouver les comédiens. On pourra alors commencer le tournage "bide en tête"

4:49 AM  
Anonymous Anonymous said...

""Par contre, je pense que beaucoup trouveraient désopilant un mari ou un amant qui s'écroulent, le premier tuant sa femme dans sa chute, par un coup de fusil malencontreux, le deuxième s'éclatant le crâne contre la tête de lit.""

Pour moi c plutôt morbide.
je prefere la premiere version surtout si l amant part sans ses vetements.(lol)

11:09 AM  

Post a Comment

<< Home