Wednesday, January 12, 2005

T'as vu ta paume (suite)

Voici venir le temps des promesses à tenir, alors sans me faire prier voilà les solutions des « énigmes » issues de l’article précédent :

Prendre la balle au bond
Prendre la balle au "bond", c'est saisir la balle avant le "rebond" au sol : à la volée. Maîtriser ce coup était le gage de la qualité et de la vivacité d'un joueur. Dès la Renaissance, l'expression est utilisée pour désigner "l'esprit vif" d'un interlocuteur lors de différents échanges verbaux. Et oui, les sportifs ont de l’esprit ! je le sais, j’en suis un !

Qui va à la chasse... perd sa place
La "chasse" est un point particulier du jeu de paume. Lorsque cette chasse est obtenue les joueurs changent de côté. Le joueur au service... "perd sa place" favorable. L'origine de cette expression ayant été oubliée, elle a pris par la suite un tout autre sens. Notre époque marque quand même une évolution notable dans cette approche car il n'ait plus besoin d’aller à la chasse pour perdre sa place.

Tomber à pic
Si la balle tombe au pied du mur du fond, côté dedans, elle marque une chasse "pic". Avoir la possibilité de réaliser ce point, à certains moments décisifs de la partie, assure un avantage indéniable au joueur l'ayant réussi. "Tomber à pic", c'est donc faire le bon point au bon moment. En même temps, il vaut mieux tomber à pic que dessus ce même pic.

Rester sur le carreau
Le sol d'un jeu de paume était autrefois constitué de carreaux, qui auraient donné le nom au sol même du jeu. L'expression "rester sur le carreau" est devenue symbole de la chute de l'adversaire. Soit qu'il tombât en voulant rattraper la balle, soit simplement qu'il perdit la partie. Si nos ancêtres avaient connu la moquette, on dirait aujourd’hui « rester sur la moquette », étonnant non ?

Épater la galerie
Les galeries sont les espaces couverts ceinturant le jeu de paume où se tenaient les spectateurs. A partir de la Renaissance, la galerie désigne les spectateurs. Épater la galerie signifie disputer une partie en suscitant une admiration à en couper les jambes : "é-patter". C’est ma préféré celle ci, j’imagine les spectateurs et trices en habits de l’époque dans un petit couloir admirant ces sportifs de l’époque et se prendre une balle dans l’œil

Jeu de main, jeu de vilain
Joué d'abord à main nue, le jeu de paume évolue à la fin du moyen âge vers un jeu de battoirs ou de raquettes. La raquette et le battoir étant des objets d'un certain prix, leur usage les réservent par définition à la "noblesse". Pour les "vilains", Le jeu reste un "jeu de main". Et maintenant, on joue avec de la fibre de carbone, vive les temps modernes

Tripot
A l'origine, le mot de tripot designe la salle de jeu de paume. Très tôt, des paris parfois truqués se développent sur les parties. Ces paris et l'installation d'autres jeux ont donné mauvaise réputation aux jeux de paume. Ainsi au cours du XVIIe siècle le terme "tripot" devient péjoratif. DE nos jours on appelle ça la "bourse" ou les "marchés financiers"

Avoir l'avantage
Être à un point de gagner le jeu. La formule passée dans le langage courant est issue du jeu de paume. Elle est toujours utilisée dans le comptage des point au tennis. Le mot de "tennis" lui même proviendrait de "Tenetz" employé à la paume pour avertir l'adversaire avant de servir. 9a c'est pour en boucher un coin à nos amis anglo saxonx, persuadés d'avoir tout inventé

Bisque, bisque, rage !
Une "bisque" est un "point gagnant" dont le joueur peut bénéficier une fois dans la partie au moment de son choix. Le gain du point, et souvent même du jeu, par l'usage de cette sorte de "joker", entraine bien souvent la rage et le dépit de l'adversaire. Cet usage est quasi abandonné.
Peloter
Peloter désignait le fait de jouer à la paume sans compter les points, pour le plaisir. C'est le jeu avant la partie. Certains auteurs ont repris les termes de la paume pour relater de manière elliptique les badinages de l'amour et certains mots sont ainsi passés dans le langage familier. Il en fallait bien une un petit peu en dessous de la ceinture, juste pour le plaisir.

Les enfants de la balle
A l'origine, "Les enfants de la balle" sont les enfants des Maîtres paumiers. Leur adresse proverbiale les a immortalisés. A partir du XVIIe siècle, Les enfants de comédiens utilisant les salles de jeu de paume pour leurs représentations deviennent aussi des "enfants de la balle".

Voilà, je trouve personnellement assez étonnant ce que ce jeu, oublié et délaissée, a pu extraire comme expressions modernes et usités encore aujourd'hui. a la prochaine.

4 Comments:

Blogger coyote des neiges said...

Et les paumés, ça vient aussi du jeu de paume?

9:13 AM  
Anonymous Anonymous said...

Very nice post. I simply stumbled upon your weblog
and wanted to mention that I have really enjoyed surfing around your weblog posts.

After all I will be subscribing in your feed and
I am hoping you write once more very soon!


Stop by my web site; Abercrombie Et Fitch

12:46 AM  
Anonymous Anonymous said...

Every weekend i used to pay a quick visit this web site, for the reason that i wish for enjoyment, since this this web site conations genuinely nice
funny stuff too.

Stop by my blog post: additional info

7:35 PM  
Anonymous Anonymous said...

You really make it seem so easy with your presentation but I find this topic to be
really something which I think I would never understand.

It seems too complex and extremely broad for me. I am looking forward for your next post, I will try to get the hang of it!


my blog post; Michael Kors

10:13 AM  

Post a Comment

<< Home